Oracle Database Appliance : une révolution (si, si …)

appliance

La grande annonce d’avant OpenWorld, c’est devenu une habitude chez Oracle ! On se souvient de l’Exadata V2 l’an dernier, et cette fois encore Oracle se livre à une nouvelle offensive dans le domaine des systèmes intégrés avec Oracle Database Appliance qui présente certaines similitudes avec EXADATA mais cible particulièrement le marché des PME/PMI.

Voyons en détail les entrailles de la bête !

Bon sang ne saurait mentir

Commençons par les similitudes avec EXAPAPA …

Côté matériel, les deux offres intègrent les serveurs (2 x 6-core Intel Xeon processors X5675 et 96 Go de mémoire par serveur dans les deux cas) et le stockage.

Pour le logiciel, ces deux offres reposent sur Oracle Clusterware et ASM qui assurent la redondance des données de la base dans un cas comme dans l’autre mais avec un haut niveau de redondance pour Oracle Database Appliance puisque qu’ASM est configuré en High Redundancy ou triple-mirroring.

Oracle Database Appliance propose, en plus de deux disques SATA de 500 Go pour le système, Oracle Linux et les binaires Oracle,  vingt disques SAS HDD à 600 Go l’unité qui correspondent peu ou prou aux disques SAS Haute Performance des configurations EXADATA. Avec ASM configuré en High Redundancy vous ne disposez donc que de 4 To utilisables pour la ou les bases de données.

Une petite nouveauté, Oracle Database Appliance intègre également quatre disques SSD de 73 Go configurés en High Redundancy pour y stocker  les redo logs.

Tout cela pour la modique somme de 50K$ soit 39K€ environ. Ne rêvez pas, je parle uniquement du matériel.

Pour le logiciel vous devez disposer de licences Oracle Database Enterprise Edition et de licences Oracle RAC ou Oracle RAC One Node.

Le positionnement est, à la volumétrie près, identique à celui d’EXADATA à savoir infrastructure pour application transactionnelle ou décisionnelle voire environnement de consolidation.

EXABEBE

Positionnement identique mais performance forcément moins faramineuses, en transactionnel et plus encore en décisionnel, car le réseau d’interconnexion s’appuie sur du Gigabits et non de l’INFINIBAND, et qu’Oracle Database Appliance ne dispose ni de Flash Cache, ni de la compression EXADATA (HCC pour Hybrid Columnar Compression) ni du smart scan.

On a donc une appliance plus « classique » en terme de configuration matérielle, mais il ne faut pas perdre de vue que l’avantage technologique de ce genre de produit réside également dans le ROI d’un produit standardisé pour le déploiement et l’exploitation : moins d’expérimentation, moins de bugs, moins de maintenance ! C’est au delà de la performance l’avantage qu’avait souligné papy Larry concernant EXADATA et EXALOGIC, il reste 100% valable pour ODA.

Mais la vraie nouveauté est ailleurs …

Oublions la technique : la grande innovation de l’ODA tient à la granularité d’accès aux licences Oracle.Nécessité oblige car, je vous le rappelle, cette offre cible PME et PMI.

On peut y voir une véritable révolution dans la politique tarifaire d’Oracle qui vous permet, pour la première fois, d’acquérir les licences en fonction du nombre de cœurs utilisé (et non plus des cœurs installés sur la machine).

Les configurations possibles sont les suivantes, avec incrément par palier de 2 :

  • 2 cœurs par serveur en configuration minimale
  • puis incrément pour 4, 6, 8, 10 ou 12 cœurs par serveur

Aucune extension du matériel n’est possible ; la flexibilité réside uniquement dans cette nouvelle option tarifaire.

Le tableau ci-après présente une estimation, sans engagement de ma part, du coût d’acquisition au prix public  en fonction de la configuration (matériel et logiciel).

Configuration Oracle Database Appliance
Oracle EE et Oracle RAC Oracle EE et Oracle RAC One Node
2 Cœurs 151 K€ 130 K€
4 Cœurs 262 K€ 221 K€
6 Cœurs 373 K€ 312 K€
8 Cœurs 485 K€ 403 K€
10 Cœurs 596 K€ 493 K€
12 Cœurs 702 K€ 584 K€

Nouvelle politique tarifaire et système intégré nous promettent réduction de coûts, en particulier pour les coûts d’installation, et meilleure maîtrise des dépenses.

Il ne vous reste plus qu’à appeler votre commercial Oracle,  ou votre partenaire, pour négocier le taux de remise sur le logiciel.

About zettaman

has written 10 post in this blog.

3 thoughts on “Oracle Database Appliance : une révolution (si, si …)

  1. Pingback: ODA X3-2 Intègre OVM | EASYTEAM

  2. Pingback: ODA X3-2 Intègre OVM | EASYTEAM LE BLOG